Les jeux indés

2 Comments

Qu’est ce que c’est ?

Les jeux « indés », mais qu’est ce que c’est me direz vous? (Même si vous ne me le dites pas je vous explique quand même de toute façon).

C’est simplement la contraction pour feignasse de jeux « indépendants« , c’est à dire qui ne « dépendent pas » (Bac+5 les enfants). On est bien avancés avec ça tiens. Nan vous m’avez sans doute compris, ce sont tous ces petits jeux là, dont on entend parler, qui sont fait par une petite équipe (parfois une équipe de 1 personne même) et qui se passent généralement d’éditeurs, pour vendre ou donner leur jeu sur les plate-formes en ligne (oui je met en gras quand c’est important en fait), comme Steam, ou l’appStore. C’est à contre courant par rapport au modèle classique ou un studio vend son jeu à un éditeur, en fait la publicité, en sort une version boite, etc. Là, dans le monde « indé », on reste le plus souvent sur des jeux dématérialisés (à télécharger donc), et à petit budget.

Ok c’est bien joli, mais concrètement, ça ressemble à quoi? Et bien généralement… à rien. Non je suis pas sympa, il faut dire que les indés sont constitués de petites équipes, et n’ont pas le budget suffisant pour faire de la super 3D de ouf de malade que même Shrek 3 et ben c’est bidon. Malgré tout, ils se rattrapent pas mal les cocos, parce que eux, ils tapent dans l’originalité, et c’est d’ailleurs pour ça qu’ils deviennent populaires! Les joueurs en ont ras le bol des clones de clones de jeux déjà pas  originaux à la base, on veut de la chair fraîche! Et bien avec les jeux indés, on est servis!

Quelques exemples? Ok… je vous en montre 3 vite fait là..

Exemples de jeux indépendants :

Minecraft : fait par un mec.. tout seul, un certain Markus Persson, un vrai de vrai.  Joué par 10.000.000+ joueurs.

Image tiré du jeu indé Minecraft (ohh c’est bôôô)
  • Présentation : Un jeu PC multijoueur en ligne en vue FPS ou le monde entier est constitué de blocs. Le joueur incarne un personnage (avec une gueule de bloc lui aussi) qui se déplace librement et peut creuser ou construire des blocs, et modeler ainsi le monde à sa guise.
  • Originalité : un monde « bac à sable » : les joueurs sont libres de faire ce qu’ils veulent (et ils se lâchent, il suffit d’aller voir sur youtube ce qu’ils vont inventer). Ce jeu est en fait extrêmement addictif, car il est possible de faire pleins de choses : construction, « crafting » (récolter et mélanger des ingrédients pour obtenir de nouveaux produits utilisables), bataille contre des monstres… En fait il n y a pas vraiment de buts, donc pas vraiment de fin, ce qui est une bonne excuse pour le squatter non-stop.

 

World of Goo : excellent jeu du studio 2D boy, studio composé de… 2 personnes, Kyle Gabler et Ron Carmel

Image du jeu World of Goo (construction d'un pont de goos)

  • Présentation : jeu puzzle sur PC-Wii-Ipad, le but est d’acheminer des « goos » (des sortes de boules en gelée) jusque dans un tuyau. Pour cela, le joueur peut assembler ces goos et former des structures, afin d’atteindre son but (le tuyau). Il est possible de jouer de manière plus ou moins optimisée, en gaspillant plus ou moins de goos, ce qui ravira tous les névrosés qui pourront essayer de faire un score parfait.
  • Originalité : dans ce jeu presque tout est original. La musique et les graphismes créent une ambiance unique,le gameplay est au poil, et les solutions des niveaux sont généralement bien trouvées et pas toujours évidentes.

Super Meat Boy : jeu sorti assez récemment (Novembre 2010), fait par la team meat, composée de Edmund McMillen et Tommy Refenes

Image tiré de super meat boy (le petit truc rouge là c'est lui).

  • Présentation : il s’agit d’un jeu de plateforme (pensez à mario, d’ailleurs les initiales SMB sont les mêmes pour les deux jeux… haha les coquins). Le joueur incarne un steak sur patte (et qui court vite le salopio) dans le but d’aller sauver sa princesse peach bandage girl. Mais le vil Dr Fetus la retient prisionnière mhouhaha ( il s’agit d’un foetus dans de la gélee, le tout dans un costard avec un monocle, oui chez la team meat on ne fume pas que du tabac apparemment).
  • Originalité : alors là le jeu n’est pas si orignal que ça, à part pour son univers décalé. Je veux dire, les platformers, on connait. D’un autre coté, l’originalité est peut être d’avoir poussé le concept à l’extrême, le jeu devient extrêmement dur au bout d’un certain temps, la réapparition après la mort est quasi immédiate, cela fait qu’on essaye une fois, deux foix, dix fois, cents fois (oui ça m’est arrivé) en fait c’est de la plateforme dans sa forme la plus pure, à ma connaissance aucun jeu n’avait poussé le bouchon jusque là (sauf peut être Maurice, mais c’est une autre histoire).

Conclusion

Voilà j’espère que cette petite présentation du monde des jeux indépendants vous a plu, je vous ai présenté 3 projets complètement arbitrairement bien sûr, parmis la masse existante. Le monde est rempli de jeux qui ne demandent qu’à être testés! D’ailleurs, si l’article vous a donné envie de voir ce monde d’un peu plus près, il existe un très bon site : http://indiegames.com/index.html qui recense pleiinnns de ces jeux.

Autre chose, je ferai un article prochainement sur les jeux gratos indés à tester absolument, pour vous indiquer quelques jeux à vous mettre sous le pad.

I’ll be back…

This entry is filed under Indie. And tagged with , , . You can follow any responses to this entry through RSS 2.0. Both comments and pings are currently closed.

2 Responses to “Les jeux indés”


  1. Djor

    Article sympa, je n’en attendais pas moins !
    Néanmoins je tiens à préciser Minecraft vient de dépasser les 10 000 000 d’utilisateurs !
    Pour les screenshots, il serait intéressant que les liens vers lesquels ils pointent soient une version haute résolution de la miniature affichée ;)
    Bonne continuation à toi romain !

  2. Rom

    @Djor :
    Merci le Djor!
    Je viens de rectifier ça :)

    @CouzCouzLegume :
    Et Couzcouz, chut il faut pas spoiler comme ça, je posterai ton commentaire le moment venu…